• Post Author:
  • Post Category:Notes

La Convention Citoyenne pour le Climat a rendu ses conclusions, après neuf mois de travaux perturbés par la crise sanitaire.

Un rapport de 286 pages, 150 propositions, dont trois que les 150 citoyens tirés au sort souhaitent voire soumis à un référendum. Le Président de la République recevra les membres de cette Convention lundi 29 juin, le lendemain du second tour des élections municipales, pour leur annoncer ce qu’il compte faire de ces propositions.

D’ores et déjà, et avant de connaître les intentions de l’exécutif, les réactions sont nombreuses et contradictoires. La plupart des observateurs saluent le travail de la Convention et l’innovation démocratique, d’autres considèrent ce rendu comme une étape, au-delà de laquelle il faudra construire, certains opposants voient dans les mesures annoncées le spectre de la décroissance, d’autres une méconnaissance de tel ou tel sujet…

Sans rentrer dans l’analyse détaillée de l’ensemble du rapport, il nous semble que la conclusion de cette Convention pose trois questions :

  1. L’expérience consistant à réunir des citoyens tirés au sort pour traiter un sujet complexe et aboutir à un consensus est-elle concluante ? Peut-on imaginer de la reproduire pour d’autres sujets ?

  2. Les propositions de la Convention sont-elles de nature à accélérer la transition écologique ? Sont-elles réalisables, dans quel ordre et a quelle échéance? Ne risquent-elles pas, au contraire, dans certains cas ralentir des démarches en cours ?

  3. La méthode consistant à faire voter certaines des mesures par référendum est-elle pertinente ? Quelle est la bonne suite à donner à cette Convention ?